Les chiffres du budget

Le budget général 2018 de Montrevault-sur-Èvre s’élève à 27,5 millions d’euros.

16,3 millions d’euros pour le fonctionnement

Le budget général primitif 2018 de fonctionnement s’équilibre à 16,3 millions d’euros.
Près de 4 millions sont consacrés aux charges générales (fournitures, entretien des voies, réseaux et bâtiments, petit matériel, énergie. . . ) et les charges de personnel sont évaluées à 6,7 millions d’euros.

Les conseillers municipaux ont approuvé les deux autres budgets primitifs annexes : pôle santé (251 000 €) et lotissement (près de 5 millions €).

L’assainissement est séparé en deux budgets : le collectif (3,2 millions €) et le SPANC (40 000 €).

Les recettes du fonctionnement

Les dotations et participations de l’État se stabilisent à près de 6 millions d’euros. Elles auraient diminué sans la création de la commune nouvelle.

Impôts et taxes s’élèvent à 6,5 millions d’euros. Les taux 2018 seront les mêmes qu’en 2017 : 20.21% pour la taxe d’habitation, 15.83% pour le foncier bâti et 43.09% pour le foncier non bâti. Ces taux seront effectifs en 2020. D’ici là, un lissage s’opère.
C’est ce qui explique que des variations des taux communaux, à la hausse comme à la baisse, s’appliquent sur les feuilles d’imposition.

Produits des services : accueil de loisirs, locations de salles, portage de repas…

Autres ressources liées à des revenus du patrimoine (loyers) ou à des revenus exceptionnels.

Investir pour l'attractivité du territoire

Sur les 11 millions d’euros prévus en investissement, près de 6 millions seront réalisés en 2018. Le reste correspond aux réserves financières affectées aux projets de la feuille de route, notamment l’aménagement de la centralité Saint-Pierre / Montrevault.

Le budget assainissement prévoit aussi de grosses opérations cette année (rue Arthur Gibouin à Montrevault, allée du Bois à St-Pierre, rue de la Forêt au Fief et rue de la Loire à La Chaussaire) en attendant le schéma directeur d’assainissement cet été.

Enfin, le budget lotissement est marqué par la seconde tranche de la Gabardière au Fief-Sauvin et la relance d’achats de terrains et des études pour de futurs lotissements au Fuilet, La Chaussaire et St-Pierre. Un million d’euros sera emprunté pour les réaliser.